Publicité728 Cine╠ü
corail
Article suivant »

Catastrophe pour les coraux

facebooktwittergoogle_plusmail

La Grande barrière australienne, joyau du patrimoine mondial de l’humanité, a subi une hécatombe « catastrophique » de ses coraux pendant les chaleurs de 2016. C’est une étude qui le dit.

30% des coraux de la Barrière sont morts durant la vague de chaleur de mars à novembre 2016, le premier épisode de deux années consécutives de blanchissement.

Inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco en 1981, le récif s’étend sur environ 348.000 kilomètres carrés le long de la côte australienne et constitue le plus vaste ensemble corallien du monde. On le voit depuis la Lune!

Les plus menacés sont les coraux à branches comme les tables de corail qui fournissent leurs cachettes aux poissons juvéniles. Les coraux  lisses, eux, souffrent moins.

Le blanchissement est la décoloration des coraux : à cause du stress, ils expulsent les algues avec lesquelles ils ont une relation symbiotique, et qui leur donnent couleur et énergie.

Il faut à tout prix protéger le milliard de coraux survivants. Notamment limiter le réchauffement climatique, comme le dit l’accord de Paris. Car le bilan des quatre derniers épisodes de blanchissement (1998, 2002, 2016 et 2017) sur la Grande barrière montre que sinon, elle mourra. Et les autres aussi. Or les récifs recouvrent moins de 0,2% de la surface des océans mais abritent 30% des espèces animales et végétales marines, les protégeant des prédateurs et leur servant de garde-manger. Ils contribuent à la protection des côtes, à l’alimentation des hommes, ainsi qu’au tourisme.


Publicité728 Cine╠ü

x