Publicité
exposition la grande guerre et les outre mer au collège des ta

(Photos signées Yann Huet)

Article précedent «

La Grande Guerre au coeur du festival d’histoire

facebooktwittergoogle_plusmail

Après 4 années de commémorations du centenaire de la Grande Guerre, l’association des professeurs d’histoire et de géographie de l’océan Indien (APHG-OI) a organisé un festival de deux jours qui s’est achevé mardi au collège des Tamarins à Saint-Pierre.

« L’objectif de ce festival est de dresser le bilan et les perspectives autour des travaux menés pendant quatre ans dans l’académie et de faire un point historiographique », dit Bernard Hay, président de l’Association des professeurs d’histoire et de géographie de l’océan Indien (APGH-OI).

exposition la grande guerre et les outre mer au collège des ta

« Du primaire à l’université, on partage les compétences, on mutualise les connaissances, on partage les expériences », souligne Bernard Hay. Les travaux réalisés par les scolaires ont donné lieu à de remarquables expositions, dont une partie était visible au collège des Tamarins.

La classe de 3e « Défense et sécurité globale », a notamment réalisé, aidés de leur enseignante Valérie Dami, une exposition sur différentes thématiques : les enfants, les femmes (notamment les « munitionnettes »), l’alimentation, les Réunionnais dans la Grande Guerre comme le poilu de Cilaos Léon Clain.

exposition la grande guerre et les outre mer au collège des ta

La vie dans les tranchées illustrée

Des élèves de CM2 ont travaillé sur l’art et les représentations des poilus et des gueules cassées. D’autres ont réalisé un petit journal sur « Les Saint-Pierrois dans la Grande Guerre ». La vie quotidienne dans les tranchées est parfaitement illustrée par la tranchée réalisée par les élèves du collège de Mille Roches.

Enfin une exposition d’objets d’époque (paquetage du soldat, armes…, d’autant plus passionnante qu’elle est commentée par l’ancien combattant Constant Planque.

« Les élèves sont fiers, et il y a une solidarité, une entraide », souligne Valérie Dami. Un bilan plutôt positif puisque les jeunes ont non seulement acquis des connaissances et des compétences, mais également des valeurs républicaines.

 

 


Publicité

x