PublicitéQJ-15-euros-an
student-1647136_960_720

La Guyane, tiers-monde scolaire?

facebooktwittergoogle_plusmail

En Guyane, en grève depuis  trois semaines, les écoles manquent de tout.

 
Manque de bâtiments et de matériel, échec scolaire massif, programmes inadaptés… en Guyane,  l’Education nationale connaît ses pires résultats et les profs parlent d' »écoles du tiers-monde ».

« Ma classe, c’est moi qui l’ai peinte cet été avec mon mari. Je voulais donner aux élèves l’envie de lire ». Professeure des écoles depuis 15 ans, Arielle, en poste à Cayenne, dénonce « l’état d’urgence » dans lequel se trouve le système scolaire guyanais.
Dans son école, il y a « trois toilettes pour 300 enfants », « pas d’internet, d’ordinateur, ou de photocopieuse », « pas de sortie scolaire », faute de budget « pour aller au cinéma ou même à la bibliothèque ». Dans les « classes surchargées », des élèves trop pauvres arrivent sans fournitures, qu’elle doit leur acheter.
Dans certaines établissements, explique Martine, une enseignante cayennaise de 45 ans, « c’est la mairie qui achète les cartouches d’encre pour les photocopieuses ». Les professeurs ont droit à un certain nombre de copies, puis ils paient le reste de leur poche. Martine dépense le tiers de son salaire pour ses élèves.
Hors Cayenne, c’est pire. A Maripasoula (11 000 habitants au coeur de la forêt amazonienne), les élèves sont handicapés par la langue. Ils en parlent une à la maison et en apprennent une autre à l’école.
Et puis continuer ses études est plus que difficile: faute de lycée à Maripasoula, les élèves se retrouvent en internat ou en famille d’accueil à Cayenne, à une heure d’avion.

Globalement en Guyane, seul un quart des jeunes majeurs ont le bac, contre 77% en moyenne nationale. En 2011, plus de 9 000 jeunes de 18 à 24 ans étaient sortis du système scolaire juste avec un brevet des collèges.
D’où le plan d’urgence adopté la semaine dernière en Conseil des ministres: l’Etat financera à hauteur de 50 millions d’euros par an pendant cinq ans la construction de collèges et de lycées. Pendant dix ans, il portera aussi de 10 à 15 millions d’euros la dotation aux communes pour construire des écoles. Soit environ dix collèges, cinq lycées et 500 classes d’école primaire nouvelles.

La Guyane a une immigration record, avec 35% de sa population d’origine étrangère et un taux de fécondité record: 3,5 enfants par femme.


PublicitéQJ-15-euros-an

Publicité

Vas-tu continuer tes études en Métropole?

Loading ... Loading ...
x