Publicitéb5a4844f-4738-408c-8d4a-370ce81a6263
Sans titre (6)

L'association Project Rescue Ocean Réunion organise des collectes de déchets sur le littoral. (© PRO)

Article suivant »

La mer, les galets… et les déchets !

facebooktwittergoogle_plusmail

Noa Barbotin, 10 ans et demi, occupe bien ses vacances. Comme tu l’as peut-être vu dans le QJ de septembre, elle fait partie depuis l’année dernière de l’association Project Rescue Ocean Réunion. Cette dernière se mobilise pour l’environnement en organisant des collectes de déchets sur le littoral.

Un chariot est prisonnier des galets... arrivera-t-elle à le dégager ? (© PRO)

Un chariot est prisonnier des galets… arrivera-t-elle à le dégager ?
(© Myriam Dandine)

Ce mercredi matin 21 octobre, dès 7h30, Noa Barbotin, en 6e au collège Jean-d’Esme, était sur le littoral de Sainte-Marie pour un ramassage d’ordures laissées sur le bord de mer. Aujourd’hui, ils ne sont que trois, pour raison de Covid, mais d’habitude, il y a entre 20 et 30 personnes présentes lors des collectes. « D’abord, on prévoit une action environ une semaine avant, et ensuite, on prévient les gens avec Internet et les gens viennent, explique-t-elle, Des fois, il y a même des gens qui ne font pas partie de l’association qui aident. »  Noa, son père et leur ami Florent sont tout de même efficaces. A trois, ils longent le littoral pour collecter les ordures, souvent des bouteilles en plastique ou en verre. « C’est ce qu’on trouve le plus, avec du fer et, des fois, de la tôle, précise Noa. Mais aujourd’hui, on a aussi trouvé un chariot, un parapluie, une radio et des roues. » Durant cette matinée, ils trouveront également des batteries de voiture, un reste de ce qui semble être un four et même des peaux de chiens. « Une fois, je suis tombée sur une mâchoire de chien, mais juste l’os ! », se souvient Noa.

Les déchets les plus fréquents sont les bouteilles en plastique. (© Myriam Dandine)

Les déchets les plus fréquents sont les bouteilles en plastique. (© Myriam Dandine)

Le chariot trouvé sous les galets est rentabilisé ! (© Myriam Dandine)

Le chariot trouvé sous les galets est rentabilisé !
(© Myriam Dandine)

Des vidéos TikTok

Deux heures et demie plus tard, ils ont fini et ont amassé près de 200 kg de déchets. Bon travail ! Mais ce n’est pas fini, maintenant il faut tout trier« Les bouteilles en plastique avec les bouteilles en plastique, le verre avec le verre, le fer avec le fer… On laisse les peaux de chiens, par contre. » Le tout sera récupéré par la Cinor (Communauté intercommunale du Nord de La Réunion), quelques temps après. Des vidéos TikTok sont même tournées pour présenter les objets et préciser leur temps de dégradation dans la nature. Par exemple, savais-tu qu’un pneu mettait 100 ans à se dégrader ? Que pour les batteries de voitures, cela prenait 800 ans, et pour les piles 1 000 ans ? Ramasser les déchets sert donc à sauver la planète et en plus « ça m’amuse ! », s’exclame Noa. Elle constate aussi qu’au quotidien, elle a plus le réflexe de ramasser les papiers par terre : « Avant, je passais à côté des déchets, sans m’en rendre compte. »

Noa, en pleine action. (© Myriam Dandine)

Noa, en pleine action.
(© Myriam Dandine)

L’association Project Rescue Ocean Réunion organise plusieurs actions par an. Pour savoir quand se déroulera la prochaine, rendez-vous sur www.projectrescueocean.org ou sur les réseaux sociaux. « Les gens peuvent venir pour essayer, suggère Noa. Si ça leur plaît, ils restent et continuent, sinon ils partent, tant pis. » Alors, chaud pour la prochaine collecte ? Allez, il suffit d’un peu de motivation pour te lever le matin : tu en es capable !

Le résultat de la collecte : bravo ! (© PRO)

Le résultat de la collecte : bravo !
(© Myriam Dandine)

Article écrit par Eléonore Prudhomme, 13 ans et demi, stagiaire, en 3e au collège Jules-Solesse.


Publicitéb5a4844f-4738-408c-8d4a-370ce81a6263

x