PublicitéQJ-15-euros-an
revolunionpresentation @mariejuliegascon

(Crédit: Marie-Julie Gascon)

Article précedent «
Article suivant »

Révolunion: épisode 2

facebooktwittergoogle_plusmail

Révolunion est une fiction. A moins qu’il s’agisse d’un récit d’anticipation.
Il va nous faire vivre de l’intérieur l’histoire d’une jeunesse réunionnaise prête à prendre son destin en main. Un évènement déclencheur va lui offrir cette opportunité et lui permettre d’inventer et de construire la société dont elle rêve.
Quatre voix nous racontent cette fabuleuse aventure. Quatre voix qu’un secret partagé lie à la mort, à la vie.

Épisode 2

Les appareils semblent presque effleurer les cheveux. Beaucoup ont dû avoir cette impression parce que tout à coup les corps bougent, se secouent, comme s’ils réagissaient indépendamment des ordres reçus par les cerveaux, comme s’ils se rebellaient…

Dans la tour de contrôle, on l’a perçu et l’état major sait qu’il faut envoyer un signe aux uns et aux autres. En une seconde tous les éclairages s’éteignent. Les balisages au sol aussi. Deux spots réglés au maximum de leur puissance trouent alors la nuit. Ils se font face et éclairent le ciel.

Une nouvelle fois les avions se sont éloignés, surpris par la manœuvre et ce qu’elle pouvait cacher.

Tout à coup la voix de Reine, la mère d’Anita, retentit au micro. Elle s’était relevée discrètement après avoir reçu un texto de l’état major.

 – Mes amis, je vous parle avec l’aval du général Barret. Surtout, surtout, pas d’affolement ! Ils sont en train d’essayer de nous ébranler et de faire monter la pression jusqu’à ce que nous décampions du tarmac. Nous ne devons pas céder. Il faut leur montrer que nous ne bougerons pas. Il va y avoir un autre passage en rasé, c’est sûr. Nous vous demandons un effort supplémentaire. Allons chercher en nous la force qui nous habite ! Et maintenant, écoutez bien…Quand je hurlerai « Là ! », vous allumerez tous vos frontales et maintiendrez la tête bien relevée au moment de leur approche maximale. Il faut que ce soit un mystère de plus pour eux, tout simplement, après celui des spots. Ils ne savent pas ce que cela signifie, ce qu’on a derrière la tête. C’est notre arme, mes amis, une arme de dissuasion à notre échelle et à laquelle il faut croire. Et sachez-le, ils ne commettront pas l’irréparable. La mère que je suis vous le promet !

Pour finir, Reine entonne une chanson pour rappeler aux milliers de manifestants la raison commune de leur présence sur cette lande de terre. C’est une chanson d’amour, les seules qui donnent de l’espoir en période de guerre. Nul doute qu’elle rassure et réconforte tous ceux qui commencent à trembler.

Lian se met à pleurer en silence, le trop plein d’émotions qui déborde, sans doute…

Doucement,Tristan lui caresse les cheveux pour lui rappeler qu’il est là, que tout le monde est là, ensemble. Allongée de l’autre côté, Anita lui serre très fort les doigts pendant que Fred scrute fixement le ciel.

«  Là ! »

Toutes les lampes s’allument comme des milliers de bougies offertes au ciel incluant sans doute ces ennemis aux ordres.

Le bruit revient, repéré encore plus rapidement…Un bruit qui laissera sourds très longtemps ceux qui y étaient. Les gens ont l’impression que les avions sont descendus moins bas, moins lentement…Mais ce n’est sans doute qu’une impression.

De longues minutes s’égrènent rythmées par l’attente, les fausses sensations d’un bruit lointain qui semble se rapprocher…jusqu’au signal, officiel d’Edmée Barret :

–  Vous pouvez vous relever, chers amis, ils sont partis…C’est confirmé ! 

Un brouhaha invraisemblable envahit le tarmac. Tous ceux qui étaient restés à l’extérieur tentent de rejoindre les autres pour les embrasser, les féliciter et connaître leur état.

Il y a des cris de joie, des larmes aussi, beaucoup, qui viennent laver la peur et le doute, qui viennent aussi rappeler à chacun la fragilité de l’instant et la précarité de la situation.

– Voici les deux sujets au choix : « Tout ce que j’ai le droit de faire est-il juste ? » et « Suffit-il d’observer pour connaître ? » Vous avez quatre heures ! Lance Fred en rigolant et en mimant à la perfection le prof de philo…

– Ouais, on s’y met, mais après une bonne Dodo !*

*Célèbre bière réunionnaise


PublicitéQJ-15-euros-an

Publicité

Le réchauffement climatique...

Loading ... Loading ...
x