PublicitéQJ-15-euros-an
qj
Article précedent «
Article suivant »

La vie du QJ

facebooktwittergoogle_plusmail

Au sein même de la rédaction du Quotidien, existe celle du QJ. Nous profitons de la semaine de la presse à l’école pour t’en parler.

Petit historique du Quotidien des Jeunes.

Le 5 janvier 1995, trois pages appelées « le Quotidien des Jeunes » sont insérées dans le Quotidien. Une journaliste anime la rubrique, ainsi que d’autres au sein du journal.

De septembre 2005 à janvier 2007, il passe à cinq pages

Le 31 janvier 2007, le Quotidien des Jeunes devient le Journal des Jeunes est atteint son nombre actuel de pages, huit.

En octobre 2008, Le JJ redevient le Quotidien des Jeunes

En aout 2012, le Quotidien des Jeunes devient « le QJ ».

actucaroleckc

Pourquoi le Quotidien a-t-il créé le Quotidien des Jeunes ?

Carole Chane-Ki-Chune est la directrice de publication du Quotidien. Elle occupe ainsi un poste clé du journal. En France, le ou la directrice de publication est tenu(e) comme responsable du contenu du journal devant la loi. En 2005, elle est à l’origine de la création du journal des jeunes du Quotidien.

CCKC : «  J’ai voulu que le Quotidien étoffe son offre pour les jeunes parce que La Réunion compte une population jeune très importante. Et à l’époque, il n’existait rien pour ce public. A Paris, j’ai rencontré le rédacteur en chef de « Mon petit Quotidien » et ai décidé de me lancer dans l’aventure. Dans ces années-là, nous nous adressions à un public plus jeune qu’aujourd’hui, car je suis persuadée qu’il faut le plus tôt possible sensibiliser les enfants à la lecture. C’est grâce à cela qu’ils peuvent comprendre le monde dans lequel ils évoluent. Grâce à la lecture, il est possible de se faire une opinion propre et développer un esprit critique. Nous voulions leur montrer qu’il existe une différence entre « la vraie vie » et l’école.

Qui travaille au QJ ?

Le Quotidien des Jeunes est un hebdomadaire. En sortant une fois par semaine et étant destiné aux jeunes, il ne suit pas exactement le même chemin que le Quotidien classique.

quj

L’équipe de rédaction

Bien que le Quotidien des Jeunes fasse partie de la rédaction du Quotidien, un seul journaliste s’occupe de la rédaction des articles. Pour découvrir son identité, il te suffit d’aller voir « l’ours » en page 2 de toutes nos éditions. Cet encadré ou pavé est obligatoire dans toute publication. Il doit contenir toutes les informations légales du journal, dont l’éditeur de la publication, le directeur de publication et souvent le nom des rédacteurs. Seule au sein de la rédaction, oui, mais pas abandonnée. Comme tous les autres journalistes, le rédacteur du QJ doit rendre des comptes à son rédacteur en chef. Le choix des sujets peut être choisi de concert avec lui. Le QJ fait partie d’un pôle au Quotidien, « Le Magazine ». Il existe un autre hebdomadaire au sein du Quotidien : le magazine du dimanche. Trois journalistes y travaillent pour proposer des sujets fouillés sur des phénomènes de société. Le responsable du service tient le rôle du rédacteur en chef pour le Quotidien des Jeunes. Les sujets sont choisis selon la charte éditoriale, l’actualité et les idées données par les autres journalistes de l’ensemble de la rédaction. N’oublions pas James Christie, qui depuis 2008 collabore avec le QJ pour la rubrique « Speak English ».

La direction artistique et le montage

Le Quotidien des Jeunes n’est pas mis en page comme le Quotidien. En regardant bien Le Quotidien, tu verras que celui-ci respecte une mise en forme par colonnes. Sur une page, il y a 6 colonnes. La majorité des papiers font « quatre col » ou « deux col » selon une charte graphique préétablie. Pour les situer dans la page, il est dit qu’un article est soit un « quatre col complet » et couvre toute la page de haut en bas, soit « quatre col tête » ou « pied » occupant la moitié de la page en haut ou en bas, soit « quatre ventre » se situant entre la tête et le pied. Cette charte graphique ne varie qu’exceptionnellement et fait partie de l’identité du journal. Le lecteur a ses habitudes.

qj2

Pour le QJ c’est un peu différent, il y a bien sûr des rubriques qui reviennent permettant d’organiser la publication, mais au sein même de celles-ci, plus de liberté est possible. Pour cela, les thèmes et textes sont soumis à un directeur artistique qui propose une maquette. Après avoir choisi les images, le placement des textes et illustrations, le « DA » donne ses directives à des maquettistes qui ont la charge de positionner les textes, et de monter les rubriques plus cadrées (comme le Petit Journal en page 2 et 3 et l’actualité expliquée en page 6, par exemple). La version finale est ensuite renvoyée à la rédaction qui y apporte si besoin est les dernières corrections ou modifications.

Qui corrige le QJ ?

Classiquement dans un journal, les journalistes du service de secrétariat de rédaction sont en charge de la correction des papiers après leurs rédactions. Au Quotidien, ils ont aussi comme mission de mettre en page le journal. Le QJ est corrigé au sein de son service « Magazine » et par les clavistes. Ces personnes sont celles qui corrigent et tapent tous les papiers qui ne sont pas des articles faits par des journalistes, comme les petites annonces par exemple.

DSC_0194_3

Pourquoi ma blague n’est pas passée dans le QJ ?

Nous publions avec plaisir des papiers écrits par des jeunes. Ceux-ci peuvent prendre la forme d’articles rédigés dans le cadre de clubs presse, d’un courrier des lecteurs ou d’une commande faite à un jeune en stage au sein de la rédaction. Il est très rare que nous censurions quiconque. La plupart de nos contributeurs respectant les règles légales : pas d’appels à la haine, pas de racisme, d’homophobie ou de sexisme. Sauf pour les blagues, celles que nous recevons sont souvent drôles mais absolument pas politiquement correctes. Nous appliquons alors l’adage : « On peut rire de tout mais pas avec tout le monde ».


PublicitéQJ-15-euros-an

x