Publicité728 Cine╠ü
qj tennis de table

Entrainement des jeunes des Aiglons d'Orient

Photo : David Chane

Pas de temps mort pour Le tennis de table

facebooktwittergoogle_plusmail

Chaque mercredi pendant les vacances, la section tennis de table du club des aiglons d’orient (Sainte-Clotilde) ouvre ses portes au grand public pour des sessions de découverte et d’initiation. zoom sur un sport de raquette un peu moins connu que le tennis.

tennis de table

Photo : Gaëlle Guillou

Dans le gymnase des Deux-Canons, à Saint-Denis, les balles fusent à la minute. Noire, rouge, noire à nouveau…les deux faces des raquettes se succèdent plus vite que leur ombre ! Presque chaque soir par semaine, les pongistes du club des Aiglons se retrouvent à partir de 16 h 30 pour s’entraîner, se défier. Se détendre aussi.
Le tennis de table « est accessible dès l’âge de 6 ans », informe Eric Law-Wun, président de la section. Plus jeune, ce serait compliqué car ce sport « demande beaucoup de coordination ». Les bras, les jambes et les yeux sont sollicités en même temps.

tennis de table

Photo : David Chane

Sur les 12 clubs recensés sur l’île, seuls quatre clubs permettent de se former dès l’âge de 6/8 ans : les Aiglons d’Orient, le club Petite Île CP, le Club Pongiste Possessionnais et le club du Tampon Tennis de Table.
La section des Aiglons compte environ 45 adhérents, encadrés par Arnaud et Stéphane (prochainement remplacé par Oumar). L’objectif « est de doubler l’effectif » pour la nouvelle saison.

Bientôt des tables en ville ?

Un objectif partagé par la ligue de Tennis de Table de l’île qui recense 480 licenciés environ. « Il faut ajouter à cela 180 joueurs non répertoriés mais qui jouent », précise Harry Razafinarivo. La ligue espère attirer 600 licenciés pour cette nouvelle olympiade, dans un premier temps. En se rapprochant, entre autres, de l’UNSS (Union nationale du sport scolaire).

La ligue aimerait aussi démocratiser au maximum ce sport et le rendre accessible à tous, y compris « ceux qui n’ont pas forcément les moyens de prendre une adhésion dans un club ». Des négociations sont en cours avec les communautés d’agglomération pour faire installer des tables en béton en extérieur dans les villes.

A quoi ressemble un pongiste ?

Jeremy Law-Wun, 12 ans et demi ; Antoine Razafinarivo, 13 ans ; Mahé Blin, 13 ans ; Tristan Tortillard, 11 ans et Ewen Gannat-Perrot, 12 ans et demi, se sont, eux aussi, pris de passion pour ce sport. « J’ai toujours préféré les sports individuels », justifie tout simplement Antoine.
Quand le QJ leur a demandé les qualités les plus importantes pour être bon, les réponses ont divergé ! « Le mental », « le physique », « la technique et la stratégie »… « En fait, il faut tout travailler et améliorer en même temps, résume Ewen. Même si la technique compte beaucoup, c’est vrai. » Et pour finir, « il faut se donner à fond ! »

De grand-père en fils
tennis de table

Eugène Curis
Photo : Gaëlle Guillou

Eugène Curis, 10 ans, pratique le tennis de table en club depuis un an et demi. Le garçon scolarisé à l’école Immaculé Conception avait envie d’en faire après avoir regardé des vidéos, et en particulier celle de son père et de son grand-père. « Je me suis dit que je voulais devenir fort comme eux ! », raconte-t-il. Eugène s’entraîne « au minimum deux fois par semaine » et davantage quand son emploi du temps le permet. Le benjamin 2 (9-10 ans) a participé deux fois aux championnats de La Réunion et s’est classé 4e puis 3e de sa catégorie. Son objectif : terminer sur la plus haute marche du podium.

A La Réunion, comme sur le plan national, les filles et femmes pongistes sont peu nombreuses. Une absence justifiée par plusieurs facteurs selon le président de la Ligue de tennis de table. « Il faut des femmes pour encadrer des équipes féminines, or, nous n’avons pas d’encadrantes », commence-t-il. Ensuite, celles qui souhaiteraient pratiquer le tennis de table peuvent être déstabilisées, voire démotivées, par le manque des filles inscrites.

tennis de table

Photo : Gaëlle Guillou

3 questions à Harry Razafinarivo, président de la ligue
tennis de table

Un sport idéal pour la motricité du corps.
Photo : David Chane

  • Quel est le niveau de La Réunion ?Je pense que le niveau et la formation sont à peu près similaires qu’en métropole. Mais nous avons un paramètre qui entre en compte : être sur une île, c’est être limité en nombre de compétitions. Un compétiteur réunionnais ne peut pas gagner autant de points qu’un pongiste de métropole qui peut jouer près de 50 matchs par an.
  • Quels sont les « avantages » de ce sport ?
    Outre les bienfaits qu’apporte la pratique du sport en général, le tennis de table est une discipline non violente qui aide à développer la motricité, à être rapide. On peut aussi y jouer de 7 à 77 ans… et même plus ! Le joueur le plus âgé ici a 83 ans. Comme il se pratique en salle, il est aussi accessible toute l’année. Quant aux valeurs, ce sont les mêmes que dans les autres sports : le fairplay, le respect de l’adversaire, etc.
  • – On dit « ping-pong » ou « tennis de table » ?
    « Ping-pong » quand il est pratiqué comme loisir, de façon ludique. Et « tennis de table » pour le sport qui se joue en compétition, en salle.

Portes ouvertes tous les mercredis de juillet-août, à partir de 16h30 Au gymnase des Deux Canons, Sainte-Clotilde. Tarifs et infos :0692.86.24.92

Textes : Gaëlle Guillou


Publicité728 Cine╠ü

x