Publicitébanniere-QJ-MAR-728X90
roms

(Par Johann Walter Bantz via Unsplash)

Article précedent «

Quel avenir pour les Roms en Roumanie?

facebooktwittergoogle_plusmail

En partenariat avec Globe Reporters, nous publions les reportages réalisés par les élèves de La Réunion. Ici, celui de la 5e Carangue du collège Jean Lafosse au sujet des Roms.

Les Roms ont souvent eu une mauvaise réputation aussi bien en Roumanie que dans les pays étrangers où ils se rendent. Pourquoi sont-ils exclus ? Leur image a-t-elle changé ? Que fait l’État roumain pour la modifier ?

Une histoires des Roms

Si la communauté Rom est aussi mal acceptée aujourd’hui, cela est dû à son histoire. Selon Norica Costache, conseillère au Centre national de la culture des Roms, « les Roms sont perçus négativement par la majorité de la population, c’est le résultat de siècles de domination envers cette minorité ». En effet, les Roms ont connu l’esclavage, du XVIème siècle au XIXème siècle. Sous le régime nazi, beaucoup ont été déportés en Transnitrie et tués.

Les Roms ne sont donc acceptés nulle part, donc ils oublient leur façon de vivre, et n’ont aucun moyen de prouver leur identité.

Le portrait actuel des Roms

Aujourd’hui les Roms sont environ 2,5 millions. Selon Norica Costache, « ils sont reconnus comme une minorité nationale. Ils sont souvent mal perçus : on leur attribue d’ailleurs le mot « tzigane », qui est une honte pour eux. Ainsi, par exemple, les Roumains ne veulent pas avoir d’amis Roms, ni embaucher de travailleurs Roms. « Nous sommes une réalité historique, mais nous n’existons pas dans le système de l’éducation nationale ». Dans tous les domaines de la société, les Roms sont rejetés. Pourtant il existe un musée de la culture de Roms.

Norica Costache.

Norica Costache.

Le futur optimisme des Roms

Le musée de la culture de Roms aide le public à comprendre l’identité des Roms. Pour Norica Costache, « la seule solution est d’éduquer les gens, de leur faire connaître l’histoire des Roms, qu’ils comprennent que l’histoire de Roms, c’est leur histoire aussi ».

Malheureusement le musée des Roms n’a pas été créé par L’État, mais par des étudiants. Norica Costache espère qu’un jour, un musée de la culture Rom sera créé par L’État « au même niveau que les musées nationaux pour montrer que cette culture a contribué à la culture roumaine ».


Publicitébanniere-QJ-MAR-728X90

Publicité

Le réchauffement climatique...

Loading ... Loading ...
x